in

Un biophysicien utilise les fruits et légumes pour réparer les tissus humains (Vidéo)

Le biophysicien canadien Andrew Pelling a réussi la prouesse incroyable d’utiliser des fruits et des légumes pour réparer les tissus humains.

L’intérêt général du Professeur Pelling concerne la compréhension des propriétés mécaniques dynamiques des systèmes cellulaires à des échelles nanométriques et micrométriques. La réponse mécanique et les voies de transduction des cellules vivantes sont étudiées en utilisant la manipulation génétique ainsi qu’une variété de sondes et techniques optiques. Les objectifs à long terme de son programme de recherche visent la compréhension des mécanismes de contrôle génétique et architectural des voies de transduction dans des cellules normales et pathologiques.

Alexis Williams.

Pour un cuisinier, l’asperge est un plat d’accompagnement qui est un signe de printemps. Pour le biophysicien Andrew Pelling de l’Université d’Ottawa, le légume est une source potentielle de nouveaux biomatériaux peu coûteux pour aider à réparer le corps humain.

Pelling est une étoile internationale montante dont l’approche peu orthodoxe de la biologie est inspirée par les heures qu’il a passées à l’adolescence à démonter des chaînes stéréo et des lecteurs de CD et à créer quelque chose de nouveau à partir des pièces.

Maintenant, il fait la même chose avec les systèmes biologiques – y compris les fruits, les légumes et les fleurs.

Puis-je prendre un système biologique, le démanteler, déformer les pièces, puis reconstituer quelque chose d’une manière nouvelle et créative ?

Pelling et ses collègues ont dépouillé une pomme de ses propres cellules et de son ADN, en utilisant de l’eau bouillie et du savon à vaisselle liquide. Cela leur a laissé la structure cellulosique qui rend une pomme croquante. Il s’est avéré être un échafaudages et une matrice efficace pour la croissance de cellules vivantes, y compris des cellules humaines, en laboratoire.

Les échafaudages sont un outil essentiel en médecine régénérative. Les médecins et les dentistes utilisent maintenant des échafaudages disponibles dans le commerce pour greffer la peau et les os, et pour réparer les genoux, les ligaments et les gencives endommagés. Mais les produits actuellement sur le marché peuvent être très chers – entre 30 et 1 500 dollars le centimètre carré – et sont généralement dérivés d’animaux ou de cadavres humains.

L’échafaudage de pommes coûte quelques centimes. Pelling a transplanté les structures de cellulose dans un modèle murin et observé la formation de vaisseaux sanguins. Maintenant, il se tourne vers les asperges, les pétales de fleurs et d’autres fruits et légumes.

Il soupçonne que la structure cellulosique des pétales de fleurs – minces et plates – peut s’avérer idéale pour la croissance de la peau, tandis que l’architecture en forme de tube des asperges pourrait être meilleure pour amadouer les nerfs ou les vaisseaux sanguins à se développer.

Nous utilisons des structures trouvées dans la nature qui sont similaires aux structures de notre propre corps

dit-il

Il y a eu des progrès spectaculaires en médecine régénérative au cours de la dernière décennie. Les chercheurs ont mis au point des trachées et des vessies de remplacement pour les patients et travaillent sur la façon de produire des organes plus complexes. Pelling veut produire du matériel open source et à faible coût qui contribuera à conduire cette révolution.

La recherche novatrice comme celle de Pelling est l’une des grandes priorités de l’Université d’Ottawa. Votre soutien aide l’Université d’Ottawa à attirer et à retenir les meilleurs talents et à faire progresser la recherche qui améliorera des vies.

Le laboratoire de manipulation biophysique de Pelling est interdisciplinaire et motivé par la curiosité, et Pelling, nommé conjointement aux départements de physique et de biologie, collabore avec des mathématiciens, des physiciens, des biologistes, des ingénieurs, des anthropologues et des artistes.

Son approche non conventionnelle lui a valu de nombreux prix et une chaire de recherche du Canada en mécanique cellulaire expérimentale. Il est également membre de la Global Young Academy for scientists et membre de TED. En février, il a décrit son approche dans une Conférence TED à guichets fermés à Vancouver.

Voyez par vous-mêmes c’est bluffant :

NDLR : Pour nous soutenir et nous permettre de continuer de vous partager du contenu qui nous semble perspicace, utile et intéressant, vous pouvez nous aider et nous soutenir simplement en partageant nos articles sur vos réseaux sociaux en cliquant sur le bouton PARTAGER L’ARTICLE. Merci par avance pour votre soutien !

Des chercheurs identifient des neurones qui aident les personnes paralysées à marcher à nouveau

Nous les hypersensbiles, sommes un véritable paradoxe ambulant…