in ,

L’accabadora, la coutume ancestrale qui désignait une femme qui provoquait la mort des malades

L’accabadora, une coutume ancestrale très peu connue de la Sardaigne profonde et rurale des années 50. Accabadora, est un mot sarde signifiant « ange miséricordieux » et qui, selon la tradition, désignait une femme qui provoquait la mort par euthanasie des malades en phase terminale.

Le personnage était toujours une femme qui, appelée par la famille de l’homme en phase terminale, aidait à mettre fin à ses souffrances. Un acte de pitié envers les mourants mais aussi un acte nécessaire pour la survie des proches, surtout pour les classes sociales moins riches : dans les petits pays loin des médecins, (beaucoup de jours à cheval) il fallait éviter les longues et atroces souffrances finales des malades.

L’accabadora arrivait toujours la nuit chez le mourant et, après avoir salué les membres de la famille qui l’avaient appelée, elle entrait dans la chambre de la mort : la porte s’ouvrait et l’homme mourant, de son lit d’agonisant, la voyait entrer habillée de noir, le visage voilé, et il comprenait que sa souffrance était presque terminée.

Le mourant était supprimé soit avec un oreiller, soit d’un coup de “su mazzolu” causant la mort.

L’accabadora sortait ensuite sur la pointe des pieds, ayant presque terminé une mission, et la famille lui exprimait sa profonde gratitude pour le service rendu en lui offrant des produits de la terre.
Presque toujours le coup était donné sur le front…

– Le terme “accabadora” vient de l'”acabar” espagnol qui veut dire : finir.
– “Su mazzolu” était une sorte de bâton spécialement construit à partir de branche d’olivier, 40 centimètres de long et 20 de large, avec une poignée qui permettait une prise sûre et précise.

En Sardaigne, l’accabadora s’est pratiqué jusqu’à il y a quelques décennies, en particulier dans la partie centre-nord de l’île. Les derniers épisodes connus de “accabadora” ont eu lieu à Luras en 1929 et à Orgosolo en 1952.

Outre les cas documentés, beaucoup d’entre eux sont confiés à la transmission orale et aux mémoires familiales. Beaucoup se souviennent d’un grand-père ou d’un arrière-grand-père qui avait eu affaire avec la dame habillée en noir.

Son existence a toujours été considérée comme un fait naturel : comme il y avait la sage-femme qui aidait à accoucher, il existait celle de la fin qui aidait à mourir. On dit même que c’était souvent la même personne et que son travail se distinguait par la couleur de sa robe (noir si elle portait la mort, blanc ou lumière si elle devait apporter la vie).

Cette tradition est l’expression d’un phénomène socioculturel et historique, et la pratique de l’euthanasie dans les petits villages ruraux de Sardaigne est lié à la relation entre les Sardes et la mort, considérée comme la conclusion du cycle naturel de la vie.

A ce sujet vous pouvez aussi lire le livre de Michela Murgia.

Sources :

https://www.trustandtravel.com/blog/fr/accabadora-par-michela-murgia/ https://www.seuil.com/ouvrage/accabadora-michela-murgia/9782021025071

Note : Le but de ce site web est avant tout de propager de belles choses, de faire découvrir des histoires, des nouvelles, des artistes, des informations etc. sans prendre partie tout en nourrissant notre savoir et notre curiosité. Nous ne sommes ni journalistes, ni scientifiques, ni historiens et n’avons pas prétentions de détenir quelconque vérité, si erreur il y a dans quelconque article alors nous nous en excusons par avance. Nous espérons que vous aurez apprécié la lecture de cet article et qu’il vous aura peut-être inspiré positivement d’une manière ou d’une autre.

15 endroits extraterrestres sur la planète Terre

Que ce passe-t-il lorsque vous demandez à une IA de représenter l’évolution humaine en animation ? Terrifiant ! (Vidéo)