in ,

Les lacs peuvent exploser et tuer des milliers de personnes en un instant, les scientifiques s’inquiètent… (Vidéo)

Le 21 août 1986, une tragédie a frappé le Cameroun lorsque le lac Nyos a explosé, tuant des milliers de personnes et d’animaux sauvages à des kilomètres à la ronde. L’éruption a été provoquée par une poussée de gaz mortel qui, après avoir été libéré du manteau terrestre, s’était accumulée au fond du lac depuis des centaines d’années.

Un glissement de terrain ou une activité volcanique peuvent avoir été à blâmer pour l’avoir finalement libéré, car une perturbation soudaine du lac a facilité le rejet de 1,24 million de tonnes de dioxyde de carbone (CO2). L’émission catastrophique a étouffé les personnes à proximité car le gaz provoque une asphyxie par hypoxie et est toxique. À des concentrations aussi élevées, le CO2 peut assommer une personne instantanément et l’empêcher de respirer en une minute.

Les récits à la première personne de la catastrophe partagés par les survivants au Smithsonian Magazine parlent de la façon dont l’explosion a commencé par un grondement peu de temps après lequel des embruns mousseux ont éclaté à des centaines de pieds dans les airs et une rafale a soufflé à travers les maisons du village local. Le gaz a tué des milliers de personnes et des pans entiers d’animaux sauvages et de bétail, et un énorme nuage blanc s’est formé au-dessus de l’eau.

Malheureusement, la dévastation ne s’est pas arrêtée là. Le lourd nuage s’est enfoncé dans une vallée et s’est dirigé vers les colonies voisines à 15,5 miles (25 kilomètres) du site de l’explosion, provoquant l’asphyxie et la mort partout où il est allé. Seuls ceux qui se trouvaient en hauteur ont pu l’éviter.

Désespérés de comprendre comment une telle tragédie pourrait se dérouler, des scientifiques du monde entier ont uni leurs forces au Cameroun pour mener des enquêtes sur le lac de cratère. Ils ont révélé que Nyos, ainsi qu’un autre lac de cratère à proximité, étaient tous deux inhabituels en ce sens qu’ils contenaient des couches riches en CO2 au fond, indiquant qu’il y avait une fuite progressive continue dans l’eau.

Nous savons maintenant que la ligne volcanique du Cameroun abrite 43 lacs de cratère profonds comme celui-ci, qui ont tous le potentiel de contenir des volumes mortels de gaz toxiques. Ailleurs dans le monde, des lacs similaires peuvent être trouvés en Italie, en Tanzanie et à la frontière du Rwanda.

Le poids de l’eau la maintenait à distance jusqu’à ce qu’une perturbation gronde les eaux de telle sorte que le gaz était soudainement éructé dans l’air. Une explosion similaire s’était produite au lac Manoun deux ans avant la catastrophe de 1986, mais pas à la même échelle.

Les lacs peuvent être gérés avec des tuyaux qui fournissent une fuite pour le gaz afin qu’il puisse être libéré dans l’atmosphère lentement, plutôt que dans une éruption gigantesque. Cependant, les scientifiques craignent que cela ne soit pas suffisant pour prévenir de futures catastrophes.

Écrivant pour The Conversation, chercheur et éducateur en gestion des catastrophes, Henry Ngenyam Bang de l’Université de Bournemouth a partagé ses préoccupations quant au fait qu’une catastrophe similaire pourrait se préparer au lac Kuk, également au Cameroun. Ses eaux sont passées du bleu au rouge terne, ce qui était vu dans le lac Nyos avant l’explosion.

Pour éviter d’autres pertes en vies humaines, les recommandations de Bang sont que les lacs de la région soient testés à nouveau avec des contrôles initiaux pour la plupart des plans d’eau de la ligne volcanique du Cameroun ayant eu lieu il y a plus de trois décennies. Des indicateurs tels que le profil thermique (comment la température change avec la profondeur), la concentration de gaz dissous, la surface, le volume d’eau et la profondeur peuvent tous être utilisés pour évaluer la probabilité qu’un lac contienne des dépôts massifs de CO2.

Une vache tuée par le CO2 libéré lors de l’explosion du lac Nyos. Crédit d’image: Photo de Jack Lockwood de l’US Geological Survey, domaine public

Bien que les tests pour ceux-ci seraient difficiles sur le plan logistique, dit Bang, rester au courant de la surveillance est le seul moyen de se préparer et de prévenir de futures explosions de lacs. Alors que les conditions changeantes à Kuk sont actuellement affectées aux précipitations, il insiste sur le fait que son placement le long de la ligne volcanique du Cameroun signifie qu’une fuite de gaz pourrait frapper à tout moment.

Un autre outil de protection pourrait être de placer des détecteurs de CO2 près de lacs inquiétants comme Kuk et Nyos afin que les conditions changeantes puissent être détectées et actionnées au fur et à mesure qu’elles se produisent. Les équiper d’alarmes pourrait avertir les personnes vivant à proximité de se diriger vers des terrains plus élevés où le CO2 lourd a du mal à atteindre.

« La Direction de la protection civile est l’organisme désigné chargé de coordonner la gestion des risques de catastrophe au Cameroun », a conclu M. Bang. « L’agence devrait assurer la liaison avec d’autres parties prenantes du gouvernement et du secteur privé pour assurer la sécurité des lacs dangereux du Cameroun. Si les autorités ne sont pas proactives, le scénario catastrophe du lac Nyos pourrait se répéter où des milliers de personnes et de bétail sont soudainement tués. »

Nous venons d’apprendre que les lacs pouvaient exploser… C’est une découverte pour nous, et vous, la saviez-vous ?

Lac Nyos – Éruption limnique du 21 août 1986

Le dégazage du lac Nyos :

Note : Le but de ce site web est avant tout de propager de belles choses, de faire découvrir des histoires, des nouvelles, des artistes, des informations etc. qui apportent du savoir et nourrissent notre savoir et notre curiosité. Nous ne sommes ni journalistes, ni scientifiques, ni historiens et n’avons pas prétentions de détenir quelconque vérité, si erreur il y a dans quelconque article alors nous nous en excusons par avance. Nous espérons que vous aurez apprécié la lecture de cet article et qu’il vous aura peut-être inspiré positivement d’une manière ou d’une autre.

Source : IFL Science

Une nouvelle île volcanique bébé vient de naître en plein milieu de l’océan Pacifique

Les “éjaculations féminines” sont principalement constituées d’urine, selon une étude récente