in ,

Après votre mort vous aurez bientôt le choix de recycler votre corps pour en faire du compost organique

La Californie a rejoint un nombre croissant d’États qui permettent aux résidents de composter leur corps après la mort. Une nouvelle loi, signée dimanche dernier par le gouverneur Gavin Newsom, ordonne aux responsables californiens d’élaborer des réglementations pour la pratique connue sous le nom de réduction organique naturelle d’ici 2027.

Washington est devenu le premier État du pays à légaliser le compostage humain en 2019, suivi du Colorado et de l’Oregon en 2021. Le Vermont a légalisé la pratique en juin 2022.

Le compostage humain consiste généralement à mettre un corps dans un récipient en acier, puis à le recouvrir de matières organiques comme la paille, les copeaux de bois et la luzerne. Les microbes décomposent le cadavre et la matière végétale, transformant les différents composants en un sol riche en nutriments en environ 30 jours. Les membres du personnel des salons funéraires spéciaux de compostage humain enlèvent ensuite le compost du récipient et le laissent durcir pendant deux à six semaines. Les membres de la famille peuvent ensuite utiliser le compost humain comme n’importe quel autre type de compost, par exemple en le mélangeant dans un parterre de fleurs, ou ils peuvent en faire don pour qu’il soit répandu dans les zones de conservation.

Un cercueuil de démonstration à Return Home, un salon funéraire spécialisé dans la réduction organique naturelle à Auburn, Washington Photo par Jason Redmond / AFP via Getty Images

Chaque corps produit environ un mètre cube de compost, selon Recompose, une maison funéraire spécialisée dans le compostage humain dont le siège social est situé à Seattle. Le sol « renvoie les nutriments de notre corps dans le monde naturel » et « restaure les forêts, séquestre le carbone et nourrit une nouvelle vie », selon le site Recompose.

« La réduction organique naturelle est sûre et durable, permettant à notre corps de retourner à la terre après notre mort », a déclaré Katrina Spade, PDG de Recompose, dans un communiqué, comme l’a rapporté Stephen Hobbs de Sacramento Bee.

Les défenseurs vantent le compostage humain comme une alternative plus écologique à la crémation, qui représente plus de la moitié de toutes les dispositions corporelles aux États-Unis et devrait devenir encore plus populaire au cours des prochaines années, selon la Cremation Association of North America.

Katrina Spade fondatrice et PDG de Recompose, le salon funéraire naturel de réduction organique (ou compostage humain) dans le Kent. Spade se tient devant une partie d’un large éventail de « vaisseaux », dont huit détiennent actuellement des corps pendant 30 jours pendant le processus. Au premier plan se trouve un « berceau », préparé comme une démonstration sans corps, qui serait sous un linceul et du matériel végétal. (Ken Lambert / The Seattle Times)

Selon certaines estimations, le processus de crémation – qui consiste à brûler, dissoudre ou autrement transformer les restes humains en cendres et en fragments d’os – libère en moyenne 534,6 livres de dioxyde de carbone dans l’air par corps, ce qui se traduit par environ 360 000 tonnes métriques de ce gaz à effet de serre émis aux États-Unis chaque année, selon Becky Little de National Geographic.

Les enterrements peuvent également être nocifs pour l’environnement, car les produits chimiques utilisés pour embaumer un corps peuvent s’infiltrer dans le sol. Comme le rapporte Molly Taft pour Gizmodo, environ 5,3 millions de gallons de fluides comme le formaldéhyde, le méthanol et l’éthanol sont enterrés chaque année. Les cercueils et les caveaux funéraires sont également gourmands en ressources, nécessitant 30 millions de pieds-planches de bois et près de 2 millions de tonnes de béton, d’acier et d’autres matériaux chaque année, selon Julia Calderone de Tech Insider.

Un mannequin montre la configuration de compostage humain de Recompose, une maison funéraire basée à Seattle spécialisée dans le compostage humain. Photo gracieuseté de Recompose

« Les feux de forêt, la sécheresse extrême, les vagues de chaleur record nous rappellent que le changement climatique est réel et que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les émissions de méthane et de CO2 », a tweeté lundi Cristina Garcia, la députée californienne qui a rédigé le projet de loi sur le compostage humain du Golden State.

Pourtant, tout le monde n’aime pas l’idée de transformer ses proches en “saleté”. La Conférence catholique de Californie s’est opposée au projet de loi, écrivant dans une lettre de juin que le compostage humain « réduit le corps humain à une simple marchandise jetable », comme l’a rapporté Jonah McKeown de l’agence de presse catholique.

À New York, où un projet de loi sur le compostage humain a été proposé, la Conférence catholique de l’État de New York a exprimé une opposition similaire, écrivant que le processus ne parvient pas à « protéger et préserver la dignité humaine fondamentale et le respect ».

« Nous pensons qu’il y a un grand nombre de New-Yorkais qui seraient au mieux mal à l’aise avec cette méthode de compostage / fertilisation proposée, qui est plus appropriée pour les parures de légumes et les coquilles d’œufs que pour les corps humains », selon l’organisation.

Alors pour celles et ceux qui même après leur passage sur terre aimeraient contribuer à un meilleur monde, c’est ici une belle alternative aux procédés habituel et plutôt un très belle façon de laisser une trace pour le futur.

Note : Le but de ce site web est avant tout de propager de belles choses, de faire découvrir des histoires, des nouvelles, des artistes, des informations etc. qui apportent du savoir et nourrissent notre savoir et notre curiosité. Nous ne sommes ni journalistes, ni scientifiques, ni historiens et n’avons pas prétentions de détenir quelconque vérité, si erreur il y a dans quelconque article alors nous nous en excusons par avance. Nous espérons que vous aurez apprécié la lecture de cet article et qu’il vous aura peut-être inspiré positivement d’une manière ou d’une autre.

Source : Généthique

Huit superaliments qui pourraient assurer la pérennité de notre alimentation dans un futur proche

Une nouvelle île volcanique bébé vient de naître en plein milieu de l’océan Pacifique