in ,

Hole Man, le dernier membre connu d’une tribu amazonienne non contactée est mort

Celui qu’on nomme “Hole Man” (l’homme des trous) est décédé. Il appartenait à une tribu qui vivait dans l’État de Rondônia, en Bolivie au fin fond de la forêt amazonienne. Ils ont résisté à toutes les tentatives de contact avec eux par des sociétés extérieures. Les bûcherons et les éleveurs convoitent depuis longtemps la terre de ce peuple, et une série de massacres ont été perpétrés. Cependant, personne n’a jamais été condamné pour cela.

L’homme, dont le vrai nom n’était pas connu, vivait dans un isolement total depuis 26 ans. Son corps a été retrouvé le 23 août dans un hamac à l’extérieur de sa hutte de paille. Il n’y avait aucun signe de violence.

Les très rares seules photos de Hole Man

L’agence indigène du gouvernement brésilien FUNAI a observé la région. Depuis un massacre au milieu des années 1990, ils ont trouvé des preuves d’un seul survivant, qui a creusé des trous profonds (d’où son nom) avec des piquets tranchants en bois, parfois pour se cacher et se réfugier. Sans surprise, les atrocités commises contre ses semblables ne l’ont pas rendu plus enthousiaste à répondre aux efforts visant à établir un contact.

Cependant, la FUNAI a laissé les outils et les semences traditionnels là où elle pouvait y accéder. Altair Algayer de la FUNAI a tenu le monde au courant de la survie de l’homme et a pu étendre le territoire qui lui était légalement réservé.

Aujourd’hui, l’Observatoire des droits de la personne des peuples autochtones isolés et nouvellement contactés (BPR) a signalé son décès.

Les massacres qui ont anéanti les proches de l’homme ont commencé dans les années 1970, lorsque le Brésil était sous régime militaire, et se sont poursuivis dans les années 1990 sous plusieurs gouvernements démocratiquement élus. On pense qu’à un moment donné, les éleveurs illégaux ont laissé du sucre mélangé à de la mort-aux-rats comme un « cadeau », tuant le reste de la tribu sauf l’homme.

La maison de Hole Man et un aperçu des trous qu’il creusait avec des outils en bois pour s’y cacher

Les responsables de la FUNAI qui surveillaient son bien-être à distance ont trouvé son corps dans un hamac. Des plumes aux couleurs vives avaient été placées autour de son corps, suggérant peut-être qu’il s’était préparé à la mort. On estimait qu’il avait environ 60 ans.

Bien qu’il soit trop tard pour Hole Man et son peuple, ce qui vient ensuite pourrait s’avérer crucial pour d’autres populations des Premières Nations, en particulier au Brésil. Les propriétaires des ranchs de bétail entourant le territoire, y compris ceux responsables du massacre des hommes, feront probablement valoir que leur mort rend leurs terres disponibles pour l’exploitation économique. Cependant, cela enverrait un message désastreux aux intérêts commerciaux d’ailleurs sur les conséquences de nouveaux massacres potentiels à venir. Une tragédie qui devrait nous servir de leçon espérons-le.

L’ OPI, l’Observatoire des droits de l’homme des peuples isolés et récemment contactés, a demandé que la réserve de Tanaru soit protégée en permanence en tant que mémorial du génocide autochtone. Nous ne pouvons que soutenir cet appel et espérons que plus aucun génocide humains n’aura lieu dans le futur.

Note : Le but de ce site web est avant tout de propager de belles choses, de bonnes énergies, de faire découvrir des histoires, des nouvelles, des artistes, des informations etc. qui apportent du savoir et nourrissent notre esprit. Nous ne sommes ni journalistes, ni scientifiques et n’avons pas prétentions de détenir quelconque vérité. Nous nous adressons particulièrement à toutes celles et ceux à l’esprit ouvert qui aiment nourrir leur curiosité et qui désirent apprendre en conscience. Nous espérons que la lecture de cet article vous aura inspiré.

Sources : Yahoo | DailyMail

Une nouvelle pilule qui permet d’avoir les avantages de l’exercice physique sans en faire

Cette société offre aux employés des capsules de masturbation, avec des casques VR