in ,

Préservation de l’écosystème aquatique : une nouvelle technologie permet de détecter les microplastiques dans l’usure des routes

Une nouvelle étude montre qu’une forme de pince optique peut être utilisée pour détecter de petits microplastiques provenant des pneus et de l’usure des routes, qui étaient auparavant trop petits pour être détectés. Les résultats peuvent être utilisés pour développer des pneus plus durables et moins polluants.

Les particules provenant des pneus et de l’usure des routes sont de très petites microplastiques générées par les moyens de transport routier lors de l’abrasion mécanique des pneus, des freins et des routes. Ces particules s’accumulent sur les bords des routes et s’écoulent ensuite dans les cours d’eau où elles polluent l’écosystème aquatique. Alors que la quantité de pollution due aux microplastiques les plus gros est connue, il y a eu un vide technologique dans la détection et l’analyse de la fraction de ces particules plus petites.

Dans l’étude, en utilisant une combinaison de pinces optiques et de spectroscopie Raman appelée pinces Raman, les chercheurs ont pu pour la première fois détecter et examiner des particules de moins de cinq micromètres provenant de pneus et de routes. Grâce aux pinces Raman, les chercheurs peuvent piéger et analyser chimiquement des particules individuelles dans un environnement liquide.

“La recherche montre que nous pouvons utiliser cette combinaison de pinces optiques et de spectroscopie Raman pour caractériser les particules microscopiques qui sont créées par l’abrasion des pneus sur les routes et qui finissent souvent dans la mer. Cela comble un fossé entre les autres techniques disponibles, en termes de taille”, explique Giovanni Volpe, professeur au département de physique.

Le projet de recherche est une collaboration internationale dirigée par Pietro Gucciardi de l’Institut CNR pour les processus chimiques et physiques de Messine, en Italie, et l’étude a été publiée dans Environmental Science : Nano.

Le potentiel des pinces Raman dans l’analyse de la pollution environnementale contribue à combler le vide technologique pour la détection et l’identification des nanoplastiques. Cette technologie peut être utilisée pour créer des pneus plus durables qui ne créent pas ces particules polluantes.

“Les résultats de l’étude pourraient être utilisés pour développer des pneus moins polluants ou des microparticules plus biodégradables”, explique Giovanni Volpe.

Source

10 endroits sur Terre qui semblent être un portail vers le monde souterrain

Des scientifiques découvrent une nouvelle forme de glace qui ne peut exister à la surface de la Terre